Le meunier par Yann Munier.

Le Meunier, cépage qu’on dit originaire de Vincelles dans la vallée de la Marne, est typique et spécifique à la Champagne. Quel est son intérêt pour toi ?


A l’origine, le meunier a été planté parce qu’il était plus tardif dans son débourrement, donc il résistait mieux aux gelées de printemps. On le trouve donc dans les zones plus sensibles de la région. C’est ainsi le cépage typique de la vallée de la Marne, il représente près de 75 % des 50 000 hl que nous vinifions à la Covama.

En vinification, on recherche son côté fruité, un charnu plus présent que sur les autres cépages, et du coup une gourmandise dans les vins, même quand ils sont jeunes, ce qui est très intéressant. En contrepartie son profil aromatique évolue plus vite que les autres cépages champenois. Mais dès qu’on l’associe au pinot noir et au chardonnay, on obtient des assemblages et des équilibres très intéressants, qui tiennent aisément dans le temps.

 

Est-ce qu’il nécessite des précautions particulières en vinification ?

Au fil des années, avec l’impact du réchauffement climatique, on observe une accumulation de sucres plus importante et des grappes qui sont devenues plus grosses et plus serrées qu’autrefois. Il faut donc être vigilant dans sa phase de maturation, afin d’organiser la cueillette au moment optimal et ainsi le préserver de la sur-maturité et de la pourriture. Le pressurage est aussi une étape délicate. Ensuite, en vinification, on procède de la même manière que pour les pinots noirs, sans différence notable quand aux températures de vinification ou aux traitements que l’on peut faire.

Le meunier est également vinifié en rouge à la Covama pour l’élaboration des rosés. En effet le meunier amène plus de fruit, de la gourmandise, et moins de structure, typiquement ce que l’on recherche pour un rosé. On a même tendance à vinifier nos rouges à température un peu plus élevée pour extraire encore davantage le fruit. Au niveau de la couleur, c’est un cépage similaire au pinot noir.

Par Yann Munier, oenologue, chef de caves adjoint à la Covama - Champagne Pannier


  Partager cet article

  A lire aussi...

Parlez-vous le "champenois" ?


La Champagne réfléchit sur ses densités/ha


Le réseau « Matu » ou l’effervescence avant les vendanges


Le fractionnement : 1 cuvée, 2 tailles.


Un marc, des mots