La Champagne réfléchit sur ses densités/ha

Le schéma traditionnel de plantation en Champagne est construit sur des vignes à haute densité, au-delà des 7500 pieds/ha : 8000, 9000, parfois même plus de 10 000 pieds/ha. La raison est historique et c’est d’ailleurs le modèle traditionnel de nombreux vignobles septentrionaux. Pour autant...

...les modèles développés par les nouveaux vignobles sont basés sur des écartements beaucoup plus larges à 1.60, 1.80, voir 2.50 m entre les rangs. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, le Comité Champagne, sous contrôle de l’INAO, fait des essais de plantations en vignes larges. Sur notre domaine expérimental de Germaine, nous avons également mené des tests avec un système de conduite en lyre, car dès que l’on diminue la densité, le challenge est de maximiser la surface foliaire et le rendement par pied.

Sur les essais menés, nous n’observons pas de différences gustatives et analytiques sur les vins. Les rendements à l’hectare sont moindres, car la vigueur supérieure de la vigne ne permet pas de compenser le plus faible nombre de pieds donc de grappes par hectare. Toutefois, ce critère entre moins en jeu depuis que les rendements autorisés sont plutôt de l’ordre de 10 000 kg/ha, d’autant plus que les systèmes de taille ont été adaptés aux vignes hautes.

Reste que le travail du sol est grandement facilité par la disponibilité du matériel – plus besoin d’enjambeurs, les engins classiques conviennent- et la pénibilité du travail manuel est également réduite sur des vignes plus larges. Il n’y a pas non plus de lien net démontré entre la densité et la fréquence des maladies du bois.

C’est pourquoi les professionnels sont de plus en plus nombreux à penser que le système champenois pourrait trouver un équilibre favorable sur de nouvelles densités de type moyennes – 5000 à 6000 pieds/ha au moins pour une partie des surfaces – et appellent de leurs vœux une accélération du travail sur le cahier des charges de l’appellation

Par VIncent Malherbe, Directeur Vignoble et Approvisionnements Moët & Chandon

(Photo J. Hodder / Collection CIVC)


  Partager cet article

  A lire aussi...

Parlez-vous le "champenois" ?


Le meunier par Yann Munier.


Le réseau « Matu » ou l’effervescence avant les vendanges


Le fractionnement : 1 cuvée, 2 tailles.


Un marc, des mots