Assemblage : quand 1+1 = 3

L’assemblage est l’acte fondamental de l’élaboration des vins de Champagne. Son objectif est doublement économique et technique...

L'assemblage est spécifique à chaque élaborateur et nécessite une longue expérience des terroirs, de la dégustation, mais aussi une créativité et une mémoire sensorielle sans faille, capables de concevoir l’évolution future du vin. La prise de mousse et la maturation sur lies vont en effet profondément modifier les caractéristiques du vin au cours du temps. Une fois réalisé il est irréversible.


Techniquement, il consiste à « construire » la Cuvée en « combinant » des vins clairs, vins tranquilles individualisés provenant de plusieurs crus, de plusieurs années (généralement 2 ou 3) en plus de

l’année en cours, des cépages, entre eux, telles les pièces d’un puzzle, tels les pigments sur la palette du peintre...


L’assemblage tient alors au fait que chaque vin introduit n’est pas le fruit du hasard mais bien identifié, mesuré, structuré, calculé, réfléchi et
 justifié.


L’
élaborateur choisit alors d’élaborer soit, un Non Millésimé (en utilisant des vins de réserve), soit un Millésimé (pour conserver l’expression unique d’une année remarquable), soit un rosé d’assemblage (avec une proportion de vin rouge de Champagne), soit un blanc de blancs (issu de Chardonnay) ou un blanc de noirs (issu exclusivement de Pinot Noir et/ou Meunier), soit enfin un Monocru (un seul village d’origine, généralement Grand Cru ou Premier Cru).


Anne-Marie Chabbert, oenologue, gérante société Feel, éducation au goût des champagnes


  Partager cet article

  A lire aussi...

Parlez-vous le "champenois" ?


Le meunier par Yann Munier.


La Champagne réfléchit sur ses densités/ha


Le réseau « Matu » ou l’effervescence avant les vendanges


Le fractionnement : 1 cuvée, 2 tailles.


Un marc, des mots